Le cheikh hyperactif – Marko Turunen

Un Cheikh finlandais en habit traditionnel fuit à vélo, traqué par toutes les polices de Scandinavie - des legos et des suédoises de magazine. En plus de nombreux enfants non reconnus, le cheikh laisse derrière lui quantité de larcins : meurtres de sang froid, vols de portefeuilles, d’alcool, luttes avec sa maîtresse ninja ou accrochage avec un phacochère tueur à gages...
  • 181.0€ Collectés
  • 4 Donateurs

Le projet

Le projet

Le cheikh hyperactif – Marko Turunen – Traduit du finnois par Claire Saint-Germain – Edité par FRMK – Format fini: 16,8 x 24 cm – 360 pages bichromie / couverture souple (reliure otabind) avec jacquette américaine – 200 exemplaires sans code barre – ISBN 9782390220213 – 30 euro
→ Sortie le 25 mars

Conteur turbulent, Marko Turunen sort tous les personnages de son coffre à jouets pour évoquer sous les airs du pur divertissement le tragique de l’existence. Guerriers surarmés, poneys à coiffer et barbies policières donnent la réplique au Cheikh Hyperactif, sujet à l’impulsivité et l’amnésie. Sa science du rythme situe cette action dans une version spectaculaire du monde, faite de drames intimes, de fantasmes et de références au cinéma de série Z. S’y déploie patiemment un héros à première vue viriliste et brutal, qui s’avère mentalement fragile, proche de nous.

Le Cheikh Hyperactif est un personnage réel, romancé par Turunen : il n’est pas sans foi ni loi, mais un produit de son environnement, irrationnel, capable des pires méfaits comme d’une soudaine fragilité. Et, trame de fond du récit mais non objet d’étude, il souffre a minima de troubles du déficit de l’attention avec hyperactivité. Ce trouble et le goût de Turunen pour les combats et les scènes explicites l’engagent dans une lutte permanente, fuite en avant pour la jouissance et la survie.

La violence qui hante le monde de Turunen est une mise en relief de nos fantasmes, eux-mêmes hérités des produits de l’industrie du divertissement, dont il remanie les codes pour en montrer la face cachée. De mignons animaux, jouets et blondes à fortes poitrines rejouent des faits divers et des destins tragiques. Turunen développe sous ces traits gourmands et ces clins d’œil à la pop culture des personnalités brutes, complexes. Il ne juge pas leurs vices et illusions mais les montre comme conséquences d’un réel qui les dépasse – machisme et violence gratuite inclus – à la manière de Frank Miller, une influence majeure.
Le contraste opère radicalement, respirations et cascades alternent, mouvements chorégraphiés et dialogues épicés assurent le spectacle dans ce road movie dessiné. Le réel est ainsi mis à distance, montré au plus proche de ce que nous en connaissons : notre subjectivité, nos fantasmes standardisés, la lutte pour l’existence au quotidien.

Le livre ne révèle son propos qu’après une lecture patiente, qui comme leur créateur observe les protagonistes sans les ramener à des stéréotypes. De ce sheikh machiste, addict et violent, le lecteur ne percevra donc toute la personnalité que dans les dernières pages, qui invitent à relire l’œuvre d’un point de vue plus avisé sur les troubles du comportement. Aucune vérité n’est livrée, la subjectivité du lecteur devra se confronter aux faits et aux paroles. Bienvenue dans la réalité augmentée de Marko Turunen.

Biographie

Marko Turunen est un super-réaliste comme il y a des super-héros. Il est né en 1973 à Kotka en Finlande. Après des études aux Beaux-arts de Turku, il entame ses premières publications dès 1991 dans divers journaux et magazines puis au-delà des frontières de son pays natal. La rencontre avec le Frémok s’avère déterminante en donnant lieu à la publication de ses premiers livres, L’Amour au dernier regard, La Mort rôde ici et Base. Parallèlement, il auto-édite ses récits et participe à de nombreuses expositions à travers la Finlande ou en France. En 2006, la publication de De la viande de chien au kilo lui vaut le Prix du meilleur auteur finlandais.
Graphiste et illustrateur, il fonde les éditions Daada, avec sa compagne Annemari Hietanen. La disparition de celle-ci est au cœur de La vie de Marko Turunen, comme sa longue maladie a hanté les livres où il s’est mis en scène avec elle sous les masques d’Intrus et R-raparegar. Ovnis à Lahti a été nominé par le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême en 2012. Un chapitre de son nouveau projet Le sheikh Hyperactif a été publié dans la revue Franky (et Nicole) des Requins Marteaux (France) en 2016.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench